Notre blague familiale préférée

6
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

J'ai décidé de partager quelques-unes de mes notes de l'année dernière, en 2020. Nous avons l'impression d'être soumis à un test de stress ; notre résilience est testée à sa limite. En même temps, nous avons besoin des habitudes et des mécanismes d'adaptation que nous avons développés au fil des ans pour naviguer à travers la pandémie, survivre et sortir plein d'espoir pour l'avenir. Pour l'essentiel, les thèmes portent sur la résilience et l'antifragilité- des leçons qui ont particulièrement résonné en moi pendant la pandémie. Cependant, je peux penser à d'autres thèmes tels que le sens, l'espoir, l'humour, et plus encore.

Aujourd'hui, nous allons commencer par l'humour. Je pense que l'humour a joué un rôle important pour m'aider à faire face à ma maladie cardiaque. Quand j'étais malade, il y avait de l'humour. Après l'opération de mon DAVG et aujourd'hui, alors que je mène ma vie avec un dispositif de maintien en vie implanté (Personne ne l'appelle comme ça, mais c'est ce que c'est.), l'humour est toujours là. Le sens de l'humour de la famille et des amis et les bonnes blagues ont toujours fait partie de ma vie. Il y a très peu d'amitiés ou de relations dans ma vie où l'humour n'a pas joué un rôle important. Qu'il s'agisse de briser la glace, de glisser une phrase drôle au milieu d'une conversation ou de soutenir le dialogue que nous avons, l'humour aide à tisser des liens entre des sujets aussi bien banals que complexes.

Je pense à mes grands-parents et à mes parents,

Principalement, mes grands-mères ont toujours trouvé le moyen de me taquiner ou de me faire sourire et glousser, même aux funérailles. Je pense qu'elles ont toujours apprécié un bon rire et un sens de l'humour sain.

Dans les premiers jours de ma convalescence après l'opération de l'appareillage par DAVG, je me couchais en me sentant tout le temps fatigué pour passer le temps et me changer les idées, et pour ne pas être triste ou déprimé, je passais beaucoup de temps à regarder des comédies de stand-up à la télévision. Je le fais encore maintenant. J'en ai regardé beaucoup, du spoken word aux sketches, en passant par les comédies, et quelques comédies romantiques ici et là. Je pense que ça a marché.

Maintenant que je suis un père,

À la maison avec les garçons, nous nous amusons encore plus à produire des blagues familiales internes. La plus populaire concerne les poulets. Voici l'histoire : Un jour, nous étions à la table à manger, prêts à souper en famille. Nous avions un poulet rôti. C'était probablement la première fois que les jumeaux (âgés de deux ans et demi) voyaient ou reconnaissaient un poulet entier. Je leur ai expliqué qu'à la maison, quand j'étais petite, ma partie préférée du poulet était le cul. Ma mère me réservait toujours cette partie. Sembène s'est exclamé : "Whaaatt !!!! Le cul de poulet ???" et les trois garçons ont immédiatement craqué. Après quelques minutes, ils ont inventé la blague la plus populaire de la maison : "Poulet qui ? ? Fesses de poulet !" et ainsi de suite. Cela fonctionne même au milieu des crises de colère ou des effondrements.

Voilà comment ça se passe :

  • A : "Toc toc !"
  • B : "Qui est là ?"
  • A : "Poulet"
  • B : "Poulet qui ?"
  • A : "Cul de poule".
  • Tous les rires !

Et oui, j'en ris au moment où je tape ces mots.

#dadlife #funparenting #parentingjoy

Personne d'autre ne la trouve peut-être drôle, mais dans notre petit Pride, cette blague fait un tabac dans ce royaume ! En effet, les jumeaux et leur grand frère ont fait preuve d'un humour de premier ordre. Tout est parti de ces petits fous rieurs, et peu de temps après, nous étions nous aussi morts de rire. Nous, les parents, et le reste de la famille avons tous attrapé le virus aussi.

Quand j'y pense, nous aimons rire. Oui, nous sommes comme ça.

Changement de sujet... Enfin, en quelque sorte,

Au fil des ans, j'ai remarqué que j'avais tendance à retenir ma respiration sans raison apparente. J'ai tendance à retenir ma respiration même lorsque je fais de l'exercice. Parfois, je m'en rends compte tout à coup, quand la pensée me traverse l'esprit : "Hé mec, il n'y a pas d'oxygène qui entre", et je décide alors d'inspirer. Donc, fréquemment, je dois vérifier et me rappeler de respirer.!

Je ne sais pas d'où ça vient ni comment j'ai pris l'habitude de... je m'hypoventile. Peut-être est-ce une habitude née de mon passé de nageur ? J'adore nager, et j'ai beaucoup nagé. J'aimais particulièrement plonger dans l'eau et nager sous l'eau d'un bout à l'autre de la piscine autant de fois que je pouvais retenir mon souffle...- pendant plusieurs minutes. J'étais plutôt bon à ça. Lorsque je sortais de l'autre côté, je demandais aux gens s'ils avaient vu le gros poisson qui nageait un peu plus tôt. J'obtenais souvent des roulements d'yeux. Vous connaissez déjà la partie sur le fait que je ne sais plus nager. depuis que le LVAD.

Avance rapide jusqu'en 2017, pendant ma rééducation cardiaque, le personnel infirmier me surveillait via le système de télémétrie. Un jour, alors que je faisais de l'exercice sur le tapis roulant ou le couché, une des infirmières s'est précipitée vers moi et m'a demandé pourquoi je retenais ma respiration. Je ne l'ai jamais remarqué. Depuis lors, je m'efforce de faire plus attention à ma respiration et à mes pauses. Ma pratique de la méditation a été bénéfique.

De temps en temps, je prends une grande respiration, comme une remise à zéro, et je me rappelle où je suis (au-dessus du sol) et je me rappelle que je suis vivant. Une autre chose qui réinitialise si bien ma respiration et mon esprit est rires. Sauvagement, ces grands éclats de rire, où le ventre et la poitrine se relâchent, les tuyaux s'ouvrent et voilà, on respire à nouveau, et même mieux qu'avant ! Le rire me permet donc de respirer et de vivre à nouveau. Mon esprit remarque alors que nous respirons tous...- c'est une fête. C'est ça, les gars. Le rire n'est pas seulement joyeux, il est aussi très bon pour la respiration et la santé. ← un concept révolutionnaire, n'est-ce pas ? Je sais, vous pourrez me remercier plus tard ;-).

Bien que cet article de blog touche à sa fin, il n'est pas encore tout à fait terminé.

Étape 1 : Si vous avez apprécié cet article, commencez ce post en l'honneur de la "cul de pouleblague " ;

Étape 2 : Assurez-vous d'avoir suivi l'étape 1 :-) ;

Étape 3 : Partagez votre blague préférée dans les commentaires ci-dessous, s'il vous plaît !

En résumé, j'espère que vous allez rire aujourd'hui. Si vous riez plus d'une fois, considérez-vous comme fou, extrêmement chanceux, ou les deux. Peut-être que vous pleurerez aussi, et si c'est le cas, réfléchissez un peu, comme suit L'entraîneur Jimmy V a dit :c'est une journée entière.' Que vos larmes soient des larmes de joie, et que vos pleurs vous apportent du réconfort.

Alors, à l'antifragilité en 2021. Je vous envoie de l'amour à tous et vous souhaite le meilleur !

6
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Laisser un commentaire

fr_FR Français
Nous utilisons des cookies pour améliorer notre expérience utilisateur. Vous pouvez en savoir plus sur notre politique en matière de cookies dans notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en lire plus.